Sculptures
urbaines

Décors de ville & Caramentrans

Sculptures
urbaines

Décors de ville & Caramentrans          

Concepteur de carnavals et d’événements, nous proposons aussi la création de sculptures monumentales sur mesure.

 

Décors de ville

Habillage de lampadaires ou structures décoratives, éphémères ou pérennes, nous créons, sur mesure, des sculptures adaptées au mobilier urbain.
Nos éléments décoratifs sont conformes au cahier des charges qu’exige une implantation extérieur et urbaine.
L’élaboration d’un projet ainsi que l’installation des décors se fait en collaboration avec les services technique de la ville.
L’étude d’un projet ne peut se faire sans repérage.

Les Caramentrans

Comme notre nom l’indique, nous sommes devenus, d’année en année, de véritables spécialistes de la fabrication et de la crémation de Caramentrans.
Le plus souvent, nous utilisons nos marionnettes géantes dans la mise en scène de la mise à feu.

Le Caramentran, une tradition provençale

Autrefois, Caramentran désignait les trois jours gras (dimanche, lundi, mardi) qui précèdent le mercredi des Cendres qui marque l’entrée en carême. Ces jours gras étaient là pour exorciser la pauvreté alimentaire ( le moment où les provisions d’hiver s’épuisent ) et se préparer à l’agonie de la mauvaise saison.
Puis Caramentran s’est appliqué à sa représentation symbolique qu’est le mannequin personnifiant le Carnaval que partout l’on promène dans les rues, le mercredi des Cendres, et que l’on brûle ensuite sur la place publique comme l’on brûlait en effigie les personnages condamnés par la vindicte populaire.
Le caramentran, un bouc émissaire A travers lui, c’est l’hiver qu’on juge.
Il est accusé de tous les maux : épidémie, mauvaises récoltes, gel, sécheresse… Il s’agit de coutumes ancrées dans la société agricole, la paysannerie ancestrale, qui attend le printemps avec les prochaines récoltes. Aujourd’hui, Caramentran porte tous les péchés de la communauté et on rejette sur lui tous les malheurs de l’année écoulée. On érige donc sur la place le mannequin bariolé que l’on a fabriqué pendant la période de carnaval et pour clôturer le défilé, la foule déguisée lui fait un procès. Il est jugé par un tribunal populaire composé des habitants et des représentants de tous les corps de métier.
Le Mercredi des Cendres c’est le jour qui clôture la période du carnaval. Dans la religion catholique, il représente le premier jour du Carême où gras, œufs, viande, gourmandises doivent être supprimés de l’alimentation. Et pour finir en beauté le carnaval, on fait une dernière fois la fête, traditionnellement le mercredi des Cendres, lendemain de Mardi-Gras.
C’est le début d’une période de jeûne et de privations de quarante jours avant Pâques. C’est pourquoi pour le Carnaval, ou Caramentran, on a le droit de faire les fous et de bien manger, histoire de se donner du courage.
Si le mercredi est maigre, le repas collectif du mardi est gras, d’où « Mardi gras ». Ce jour est aussi un jour de collecte qu’on appelle aussi la quête des œufs, qui se nomme en Provence, l’acampado dis iou. On mange des beignets et des crêpes, pour utiliser les aliments “gras” (comme le beurre) qui vient de la nécessité d’épuiser toutes les provisions d’œufs et de gras qui ne pouvaient pas se conserver pendant les 40 jours du Carême..